Accueil > Marques et modèles > Honda > F1 - Les années 80-90

HONDA

F1

page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

 

Dernières mise à jour :

Dome F105
Honda F2 (2 pages)
Honda F1 (10 pages)
Toyota Corona
lignes ferroviaires
Toyota Publica
Mazda Chantez
Yamaha Sports Ride
Histoire de Yamaha
Simpson Design
Tojiro Ukiya
Ohno Car Craft

En travaux :

Mazda MX-5
Histoire de Toyota
Histoire de Nissan
Histoire de Mazda

 

Les années 80-90

A nouvel an 1978, lors de la conférence de presse de Honda, le président Kiyoshi Kawashima annonce le retour prochain de la marque en compétition. En 1979, c'est en GP moto que Honda revient. Pour la monoplace c'est plus compliqué. Depuis 1968 le monde de la F1 a beaucoup évolué. C'est en 1980 que Honda s’investi dans une nouvelle aventure en monoplace. Le programme prévoit de faire courir des Formule 2 avec un nouveau moteur qui sera ensuite adapté pour la Formule 1.

John Wickham, alors manager de March fourni un châssis March 812 de F2 à Honda. Le moteur V6 de 2 litres conçu par Judd pour la F2 y est installé. Des essais sont réalisés et Honda aide Wickham à monter sa propre écurie en 1981. Spirit Racing fait courir les Honda F2 et développe une F1. C’est l’époque des moteurs turbo, qui va durer de 1983 à 1988. Honda reprend le RA261E qui a fait ses preuves en F2 et en fait le RA163E pour la F1. Le V6 DOHC de 2 litres voit sa cylindrée diminuée à 1,5 litre en réduisant la course des pistons et deux turbos sont ajoutés pour obtenir une puissance d'environ 650 ch.

Un prototype construit sur un châssis de Spirit 201 de F2 avec le moteur Honda V6 turbo est essayé à Silverstone en novembre 1982 par le pilote suédois Stefan Johansson. En février 1983, c’est en Californie qu’une Spirit 201B est testée à l’abri des curieux et sous un climat plus doux. Les deux pilotes de F2 de l'écurie Spirit, Thierry Boutsen et Stefan Johansson se partagent le volant sur les circuits de Willow Springs et de Riverside. Plus tard c'est sur le circuit de Jacarepaguá au Brésil que l'auto est essayée.

La Spirit 201 de F1 fait ses débuts à la “Race of Champions” disputée à Brands Hatch en avril 1983. Elle se révèle puissante et Johansson réalise même le deuxième meilleur temps aux essais, presque 1 seconde de mieux que la Ferrari. Mais durant la course, c’est l’abandon sur moteur cassé après 4 tours seulement. La première course de Championnat est le GP d’Angleterre à Silverstone en juillet. La Spirit 201 abandonne après 5 tours pour problème d’alimentation. Une Spirit 201C au design modifié est construite et coure aux GP d’Allemagne et des Pays-Bas. Le reste de la saison est faite avec la 201. Le meilleur résultat obtenu par Johansson est une 7e place à Zandvoort alors qu’il était 16e sur la grille de départ.

Il est clair que le châssis de Formule 2 a de la peine à encaisser la puissance du moteur turbo, alors Spirit prépare une nouvelle voiture, la 101, qui doit être une véritable F1. Mais les travaux n’avancent pas assez vite au vu de Honda. De plus les résultats médiocres récoltés durant la saison ne font que tendre les rapports entre les associés. Depuis le mois d’août Williams a formulé le désir de pouvoir utiliser les moteurs Honda. Pendant un temps l’idée que deux écuries motorisées par le Japonais puissent courir en parallèle semblait probable pour la prochaine saison.

Mais soudainement Honda décide d’interrompre le partenariat avec Spirit pour donner l’exclusivité à Williams. Spirit ne finit même pas la saison que Williams coure le dernier GP d'Afrique du Sud, en octobre 1983. Deux Williams-Honda FW09 (moteur RA164E) sont confiées au pilote Finlandais Keke Rosberg, champion du monde en 1982 sur Williams, et au Français Jacques Laffite. Rosberg prend la 5e place.

En 1984, la Williams-Honda FW09 de Rosberg remporte le GP de Dallas, 1ère victoire de Honda depuis son retour en F1. L'écurie Williams-Honda devient un concurrent sérieux. Le Britannique Nigel Mansell remplace Jacques Laffite.

Un nouveau moteur RA165E est développé en 1985, ce qui améliore les résultats. Rosberg s'impose à Detroit et en Australie. Mansell gagne le GP d'Europe à Brands Hatch ainsi que le GP d'Afrique du Sud. Rosberg est remplacé par Nelson Piquet, champion du monde en 1981 et 1983 sur Brabham.

Mansell et Piquet pilotent la Williams FW 11 à moteur (RA166E) V6 à double turbo développant en course plus de 1000 ch pour une cylindrée de 1500 cm3. Les efforts portent leurs fruits et Honda entre dans une série de succès. Avec 9 victoires sur 16 GP disputés en 1986, Williams-Honda est sacré Champion du Monde des Constructeurs. Durant cette saison, Williams-Honda est la première écurie à utiliser des appareils de télémétrie transmettant en temps réel des données de la monoplace au stand.

Pour 1987, quatre monoplaces disposent d'un moteur Honda V6 turbo: les deux Williams FW11B pilotées par Mansell et Piquet et les deux Lotus 99T par Senna et Nakajima. Lotus s'est logiquement tourné vers Honda pour ses moteurs après que Renault ait quitté la scène. La Camel-Lotus-Honda 99T dispose de suspensions actives gérées électroniquement.

Sur les 16 Grand Prix que compte la saison, les Williams-Honda en remportent 9 et les Lotus-Honda 2. A Silverstone, les 4 Honda prennent les 4 premières places. C'est donc un 2e titre consécutif de Champion du Monde des Constructeurs. Nelson Piquet gagne le Championnat du Monde des Pilotes mais décide de quitter Williams pour aller chez Lotus. Honda met fin à la collaboration avec Williams.

1988 : naissance du team Marlboro-McLaren-Honda. Le Brésilien Ayrton Senna et le Français Alain Prost vont mener la MP4/4 vers une extraordinaire série de victoires avec le moteur Honda RA168E. Ce sera la voiture la plus titrée de l'histoire de la F1. C'est l'année de tous les succès, celle des 15 victoires sur 16 GP « courus avec les meilleurs pilotes dans la meilleure monoplace animée par le meilleur moteur ».

Senna, avec 8 victoires, remporte son premier titre mondial des Pilotes et c'est un 3e titre de Champion du Monde des Constructeurs pour McLaren-Honda avec un total historique de 199 points. Seul le GP de Monza échappera à l'équipe gagnante, un pilote à la traîne ayant gêné Senna.

Lotus-Honda finit 4e du Championnat avec la 100T. La firme anglaise décide de passer chez Judd pour la motorisation l'année suivante.

Pour 1989, la FIA modifie le règlement qui ne permet plus aux moteurs turbocompressés de courir en F1 et les constructeurs doivent revenir à un moteur atmosphérique d’une cylindrée maximum de 3,5 l. La McLaren-Honda MP4/5 est dotée d'un nouveau moteur RA109E V10 atmosphérique de 3,5 litres et plus de 660 ch à 12 800 t/min. C'est le moteur de F1 le plus puissant de l'époque, 660 à 680 ch à 12'800 t/min. Il ne pèse que 150 kg malgré son bloc en fonte d'acier et sa commande de ses 4 arbres à cames par cascade de pignons.

4e titre de Champion du Monde des Constructeurs pour McLaren-Honda avec 10 victoires sur 16 Grands Prix. Alain Prost devient Champion du Monde des Pilotes pour la 3e fois consécutive devant Senna, après un Grand Prix du Japon controversé à Suzuka.

En 1990, Alain Prost échange son siège avec l'Autrichien Gerhard Berger chez Ferrari. La MP4/5B a un nouveau moteur RA100E de 690 ch. McLaren-Honda enlève 6 victoires sur 16 Grands Prix et remporte son 5e titre de Champion du Monde des Constructeurs. Senna prend sa revanche et ravit à son ancien coéquipier, Alain Prost, le titre de Champion du Monde des Pilotes au terme d'une saison épique. Une fois encore, le titre s'est joué à Suzuka. Nobuhiko Kawamoto passe de directeur du bureau Recherche & Développement à directeur général de Honda en 1990.

Pour 1991, Les McLaren MP4/6 sont équipées du nouveau moteur RA121E V12, tandis que le RA101E V10 champion du monde passe à l'équipe Tyrrell.

6e titre de Champion du Monde des Constructeurs consécutif pour McLaren-Honda qui remporte 8 courses sur 16. Senna gagne les quatre premiers Grands Prix, dont le GP du Brésil, une émouvante victoire « à domicile ». Il remporte son troisième titre de Champion du Monde des Pilotes. C'est la 5e année consécutive qu'un pilote d'une monoplace de Formule 1 propulsée par Honda remporte le titre. Contre toute attente, ce sont les Williams-Renault de Mansell et Patrese, et non les Ferrari, qui mettent la pression sur Senna, tout au long de la saison. Tyrell-Honda termine 6e du Championnat et change de motoriste pour l’année suivante.

Honda apporte bon nombre de modifications sur son moteur RA122E/B pour 1992, comme la commande des gaz « drive by wire » utilisée plus tard sur la NSX, tandis que McLaren installe une transmission semi-automatique et une suspension active sur la MP4/7A. Le team McLaren-Honda remporte 5 Grands Prix, 3 par Senna et 2 par Gerber, mais Nigel Mansell en empoche 9 sur les 10 gagnés par son écurie Williams-Renault ! Il est le nouveau Champion du monde.

En septembre, Honda annonce son retrait de la Formule 1. Le bilan de ces 10 ans de participation en F1 est très honorable pour Honda qui a remporté 71 Grand Prix, 6 titres consécutifs de Champion du Monde des Constructeurs et 5 titres de Champion du Monde des Pilotes avec Nelson Piquet (1987), Alain Prost (1989) et Ayrton Senna (1988, 1990 et 1991).

M. Soichiro Honda s'est éteint en août 1991, à l'âge de 85 ans. Il avait quitté son poste en 1973 mais était toujours resté très présent dans les activités de son entreprise en tant que « conseiller suprême ».

Si Honda se retire de la F1, il se lance par contre dans le championnat IRL aux USA en CART. Le châssis Lola est équipé d'un moteur Honda HRH V8 turbocompressé de 2650 cm3 développant 750 ch à 14 000 t/min. Une boîte de vitesse séquentielle à 6 rapports y est accouplé. La voiture atteint les 100 km/h en 2,3 secondes et est capable de plus de 360 km/h en vitesse de pointe.

Après le retrait officiel de Honda en F1, Mugen, le préparateur officiel, mais indépendant, de Honda a continué de fournir des écuries de Formule 1 avec des moteurs Honda. D’abord Footwork en 1992 puis Arrows, Ligier, Prost et Jordan jusqu’en 2000. En fait cette activité cesse lorsque Honda revient dans la compétition F1. Sur 9 saisons, les moteurs Mugen-Honda ont décrochés 16 podiums dont 4 victoires en Grand Prix.

Kawamoto et son bureau de Recherche & Développement construisent quelques prototypes de F1 durant les années 90. Le pilote Satoru Nakajima est impliqué pour leur développement. Si ces projets restent confidentiels, quelques apparitions nous les dévoilent, sans qu’aucune précision ne soit communiquée. En février 1993 une Honda RC100 est présentée à la presse japonaise avec Kawamoto à son volant. Son moteur est le RA122E/B. Une RC101 est testée par Nakajima en mars de la même année et ensuite une RC101B apparaît à Suzuka début 1994. Ces prototypes sont rebaptisés RC1.0, RC1.5 et RC2.0. Ce sont des expériences voulus par Kawamoto pour entretenir la culture de la compétition au sein de son groupe d’ingénieurs. Et qui sait, pour que Honda revienne un jour à la Formule 1.

Les châssis fabriqués en fibre de carbone ont probablement été sous-traités, Honda n’ayant pas les facilités pour les construire. Vu le côté secret de leur création, ils ont dû être réalisés au Japon, et à cette époque les entreprises capables d'un tel travail sont bien peu nombreuses dans l’archipel. L’une d’elle, Dome, vient de s’équiper de fours pour carbone et produit des Formule 3000 motorisées par Honda-Mugen. Bien qu’aucune confirmation n’ai jamais été donnée, Dome aurait très bien pu fabriquer les châssis des Honda RC. D’autant plus que Dome est sur le point de lancer un programme F1. Un prototype F105 est dévoilé en 1996, et Dome espère s’associer avec Honda pour conquérir le Championnat du monde. On peut voir quelques analogies de forme entre cette F105 et la RC101B de Honda. Mais le future en sera autrement et l’on ne verra jamais la F105 dans un Grand prix, Honda choisira d’autre partenaires pour son nouveau retour en Formule 1.



 

Spirit 201 Honda 1982
tests à Silverstone

Team Spirit Honda 1983

Spirit 201C Honda 1983

moteur Spirit 201C Honda 1983

Spirit 201 Honda - Stefan Johansson
Race of Champions, Brands Hatch 1983

Williams - Honda FW09 1984

Williams - Honda FW10 1985
Keke Rosberg à Adelaïde

Williams - Honda FW11 1986

Williams - Honda FW11B 1987

Lotus - Honda 99T 1987

moteurs V6 Honda RA167E 1987 /
Honda RA168E 1988

Mc Laren - Honda MP4/4 1988

Mc Laren - HondaMP4/5 1989

moteurs V10 Honda RA109E 1989 /
Honda RA100E 1990

Mc Laren - Honda MP4/6 1991

Tyrell - Honda 020 1991

moteur V12 Honda RA121E 1991

Mc Laren - Honda MP4/7 1992
Ayrton Senna remporte le GP de Monaco

Footwork - Honda FA13 1992
Michele Alboreto

Honda - Lola T9600 CART 1996

Nobuhiko Kawamoto au volant
du prototype Honda RC100, 1993

prototypes Honda RC101, 1993
et Honda RC101B, 1994

 

Références:

Moteurs Honda
www.statsf1.com/fr/moteur-honda.aspx
RALT (Tauranac)
www.500race.org/web/Marques/ralt.htm
Spirit Racing
en.wikipedia.org/wiki/Spirit_Racing
Independent Spirit
www.motorsportmagazine.com/archive/article/july-2005/48/independent-spirit
The Constructors - Spirit
www.motorsportmagazine.com/archive/article/may-1985/28/constructors-4-spirit
Unraced...: Formula One's Lost Cars
books.google.ch/books?id...
Honda RC100
en.wikipedia.org/wiki/Honda_RC100
Black Ops - 1992-1994 Honda RC-F1 Prototypes
www.carthrottle.com/post/w8z3bbe/

page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

Page d'accueil - Contact