ISUZU

Bellett R6 / R7

 

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

Isuzu apparaît en compétition en 1966 avec sa Bellett. Il est décidé de construire un sport-prototype afin de concurrencer les autres marques comme Toyota, Nissan et Prince. Un joli prototype dont la carrosserie est étudiée en soufflerie est construit.

Enfin Isuzu se présente au GP du japon 1969 avec une automobile baptisée R6. C’est un coupé de belle allure qui concoure en catégorie 2 litres (GP-II). Le moteur 1,6 litre de la Bellett et de la 117 Coupé est coiffé d'une culasse DOHC et est alimenté par des carburateurs Solex 40PHH. Dans cette configuration il développe 150 ch. Il est placé longitudinalement en position centrale arrière. Un châssis monocoque tubulaire supporte une carrosserie en fibre de verre. Le manque d'expérience et de préparation font que les résultats ne sont pas très bons mais encourageant tout de même. Sur les deux voitures engagées la #29 doit abandonner au 34e tour pour problème de batterie. La #28, malgré des avaries techniques, termine la course, mais ne compli pas assez de tours pour être qualifiée. Yonemura, le pilote de la #28 est trop grand pour entrer dans le cockpit et un trou est percé dans le toit pour laisser dépasser son casque.

L’année suivante c’est une version Spider qui revient. Cette fois le moteur développe 180 ch à 8500 t/min. Une boîte de vitesse Hewland FT200 est utilisée. Aux 300 km de Suzuka les Spider #63 et #64 abandonnent tous les deux sur problèmes mécaniques. Plus tard, au 500 km de Suzuka, une R6 se qualifie en 2e position. L'espoir est grand de gagner la Porsche 910 leader mais une deffection d'une des deux pompe à essence condamne un des reservoir d'essence, obligeant le pilote à sârrêter plus souvent pour faire le plein. Elle termine à une belle 4e place. Il reste les 1000 km de Suzuka, les deux voitures sont aux deux premières places sur la grille de départ. La #2 éclate un pneu au 39e tour, endommageant la suspension, et doit se retirer. La #3 qui mène la course finit par abandonner sur problème de transmission.

Parallèlement à la R6, une R7 équipée d'un moteur V8 Chevrolet de 5 litres et 450 ch est lancée sur les circuits (GP-V). Le châssis est semi-monocoque.

En 1973, une Spider 2000 prend le relai.

 

Isuzu Bellett R6 Coupe prototypes

Isuzu Bellett R6 Coupe, 1969

Isuzu Bellett R6 Spider, 1970

Isuzu R7 1969

Isuzu Bellett R6 Coupé 1969

Isuzu Bellett R6 Spider 1970

Isuzu R7 1969

 

Page d'accueil - Contact