SUBARU

360 / 450

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

Né après la guerre de la Fuji Heavy Industries (FHI), Subaru est un conglomérat de six entreprises. L'insigne représente la constellation des Pléiades à 6 étoiles. Une première automobile Subaru voit le jour en 1954, la 1500 mais sa construction est avortée. En 1958, la Subaru  360 est la première véritable automobile construite en série par FHI.

Elle répond à la demande du marché japonais pour une petite automobile simple et économique. Avec 4 places logées dans moins de 3 m de long. Elle s'inspire de la VW Coccinelle mais avec un gabarit de Fiat 500.

Malgré le fait qu'elle soit destinée à des consommateurs ayant de modestes revenus, elle dispose de technologies très avant-gardistes. Le moteur bicylindre en ligne est également à l'arrière, de cylindrée inférieure toutefois, ses 356 cm3 développent 16 ch. C'est un moteur deux temps refroidi par air. Il est couplé à une boîte de vitesse à 4 rapports. Un embrayage automatique électromagnétique est proposé sous le non de "auto-clutch". Les roues de 10'' cachent des freins à tambours aux quatre coins, comme la Mini. Les suspensions sont indépendantes aux 4 roues et la 360 est capable de tourner dans un diamètre de 8 mètres.

Avec sa bouille sympathique, elle a un vrai succès auprès des familles japonaises. On la surnomme "Ladybug". La carrosserie en acier est autoporteuse et comporte un toit en fibre de verre. Grace à un poids à vide contenu de 385 kg (18% de moins que la Fiat) elle peut emmener ses 4 occupants à 80 km/h.

Dès octobre 1960 une version 450 est disponible parallèlement à la 360. Son nom d'exportation est Subaru Maia. Elle dispose d'un moteur de 423 cm3 et 23 ch. En fait, avant même sa présentation officielle, plusieurs 450 ont parcouru l'Europe pour une tournée promotionelle. L'une d'elle réalise le trajet Tokio‑Moscou via Paris prouvant la solidité et l'endurance de l'auto.

En 1961 une carrosserie "sport" est présentée au salon de Tokyo, ce petit cabriolet basé sur la 450 aurait pu avoir un certain succès mais il reste à l'ètat de prototype.

Deux versions découvrables sont rapidement disponibles. La première a une bâche qui couvre tout le toit, un peu à la façon d'une 2CV. La deuxième a une capote et des flancs rabattables, permettant aux passagers arrière de profiter du plein air. Il est aussi fabriqué une version Custom avec un arrière de style break. Son châssis et sa mécanique servent encore au Subaru Sambar, mini‑utilitaire décliné en fourgon et pickup.

Jusqu'en 1964, le carburant composé d'essence et d'huile est mélangé avant d'arriver au carburateur Hitachi/Solex. Par la suite l'huile est injectée dans le bloc, ce système appelé "Subarumatic" porte la puissance à 25 ch et la vitesse maximum à 110 km/h.

Si la version de base est rudimentaire, une version nommée Young S (S pour Sport) est équipée de sièges plus confortables avec appuie-têtes en option, d'un volant cuire et d'un compte-tours. Des ceintures de sécurité peuvent même être montées. La mécanique est identique à la sedan de base.

Il faut la Young SS pour bénéficier d'une puissance accrue. Munie des options de la S, elle dispose en outre de deux carburateurs et de 36 ch.

Destinée uniquement au marché japonais, la 360 est toutefois importée aux USA par Malcolm Bricklin vers la fin des années 60. En effet elle est si légère qu'elle n'a pas besoin de se conformer aux normes de sécurité américaines et peut être proposée à un prix défiant toute concurrence.

Les ventes sont rapidement entravées par les critiques de la presse concernant sa faible puissance et son manque de sécurité, les portes suicides y sont sûrement pour quelque chose. Les rares concessionnaires vont rester avec des exemplaires invendus durant plusieurs années. Cela n'empêche pas Bricklin de faire transformer quelques carrosseries à la façon de la Fiat Jolly, qu'il vent sous le nom de Subaru Yacht.

La 360 a aussi son heure de gloire sur circuit, lorsqu'elle remporte dans sa classe les deux premières places du Grand Prix du Japon 1964.

La production est interrompue en 1970 pour laisser la place au modèle R2. 392 000 exemplaires ont été construits.

Et pour finir voici un Sambar 360 hautement customisé, appelé Tortoise, qui sert de voiture de patrouille au SRI (Scientific Research Institute) dans la série télévisée "Operation Mystery" (Kaiki Daisakusen). Cette série de science fiction japonaise est produite par Tsuburaya Productions en 1968, les même qui produisent Ultraman !

Subaru 360

Subaru 450 "Maia"

Subaru Sports et une 450 à Paris

Subaru 360 Convertible

Subaru 360 Custom

Subaru 360 SS

Publicité pour la 360 aux USA et Subaru Yacht

GP du Japon 1964

Tortoise 1968

La Tortoise de "Operation Mystery"

Salon de l'automobile de Genève 2013

Page d'accueil - Contact