TOYOTA

Moteurs DOHC

 

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

Toyota est le plus gros fabriquant de moteur DOHC du monde. Il propose plus de modèles différents que n'importe qu'elle autre marque.

Développée sur des moteurs de compétition, cette technique existe depuis longtemps mais demande un coût de fabrication plus élevé qu'un moteur à arbre à came latéral ou à simple arbre à came en tête (SOHC). D'abord réservés aux voitures de course, les DOHC ont équipés les voitures de sport d'un certain prix puis se sont libéralisés à travers toutes les marques sur des modèles plus petit à caractère sportif.

Toyota se lance tard dans la bataille, le premier moteur DOHC marqué du constructeur japonais est en fait construit par Yamaha en 1966. C'est le moteur 3M de la 2000GT qui est dérivé du bloc 6 cylindres Type M de la Crown S. Avec une culasse à deux arbres à came en tête et deux soupapes par cylindres, il développe une puissance de 150 à 200 ch. Le même bloc modifié deviendra avec les années 5MG, 6MG et 7MG avec des culasses totallement différentes.

En 1967, la Corona 1600GT est pourvue d'un 4 cylindres DOHC (9R). La culasse présente un dessin similaire à celle du 6 cyl. de la 2000GT avec 2 soupapes par cylindres.

Un V8 est fabriqué en 1968 par Yamaha pour propulser la Toyota 7, voiture de compétition CanAm Groupe 7. Le bloc est repris de la Century et est coiffé de deux culasses à double arbres à cames en tête chacune. D'une cylindrée de 3l. il développe 330 ch. Au cours des saisons, il évolue et en 1970, c'est devenu un moteur tout alu de 5l. 32 soupapes à injection d'essence, alumage transistorisé et suralimenté par 2 turbos qui délivre 800 ch, impressionant pour l'époque. 

Le Type 2TG est introduit en 1970 sur les Corolla Sprinter du marché japonais. Ce 1600 cm3 vient avec 2 carburateurs double-corps Mikuni/Solex en variantes 2TG, 2TGR et 2TGU. Enfin il adopte l'injection d'essence, 2TGEU. Ce moteur évoluera jusqu'en 1984 dans diverses cylindrées, 1750, 2000 et 2140 cm3.

En 1971 apparaît le 18RG, présenté comme 8RG et 10RG, tous les deux en 1900 cm3, pour motoriser respectivement la Celica et la Corona MkII. Le 2l. 18RG est sortit en 1974 avec ses dérivés 18RGR, 18RGU et 18RGEU.

Les 2TG et 18RG sont les moteurs DOHC originaux de Toyota. A leur époque, ils ont été les moteurs DOHC destinés aux voitures de série les plus produits au monde. Même Lotus, qui avait développé son propre moteur basé sur Ford, a fait des essais avec des mécaniques Toyota. Ces moteur se sont illustrés en compétition, 2TG en course et rallye, et 18RG principalement en rallye par TTE. Toyota a construit une série de moteurs 18RG expérimentaux à double bougies d'allumage.

Les Celica de 1983 se voient équipées d'un moteur 1,8 l. turbo à double allumage développant 160 ch (3TGTE). C'est la dernière évolution des moteurs précédant utilisant encore une culasse à 2 soupapes par cylindre.

Il remplace les 2TG et 18RG et sert de base au nouveau 4TGTE homologué pour les Toyota de rallye Groupe B. Cette fois il y a 4 soupapes par cylindre et un turbo pour délivrer 290 ch.

A sa première participation au Safari Rallye, la Celica de Waldegard remporte la victoire en 1984. Kankkunen réitère l'exploit les deux années suivantes puis le Groupe B est interdit en WRC par excès de puissance.

Pour revenir aux moteurs 2TG et 18RG, ils ont vu une dernière évolution par TRD. Connus respectivement comme 151E et 152E, ils sont coiffé d'une culasse à 16 soupapes et alimentés par carburateurs ou injection Denso. Il a eu également une version 150E 16 soupapes des moteurs 3K/4K. Cette culasse est l'ancêtre des 4AG, 3SG, 7MG et 2JZG. Ces moteurs n'ont pas été fabriqués pour la production mais ils ont été utilisés en compltition avec des blocs passablement modifiés. Le 152E est alors utilisé par Dan Guerney sur les Celica courant en IMSA GTU en 1983.

Le 503E est le moteur de compétition le plus fameux de Toyota, c'est aussi celui qui remporta le plus de succès. Il couru en IMSA GTO/GTP, Pikes Peak, Le Mans et JGTC. C'est l'ultime 4 cylindres turbocompressé de compétition de Toyota et il est dérivé du bloc T et d'une culasse de 152E. Enfin c'est le plus puissant moteur 4 cyl. dans l'histoire de la compétition pouvant développer plus de 1300 ch en qualification, 800 ch en course et 600 en endurance avec seulement 2,1 l. de cylindrée !

Les 5MG et 6MG sont tout les deux des 6 cyl. introduits dans la Suppra MA60 et dans des berlines puissantes. Ils marquent une nouvelle étape de développement et d'application avec un ajustement automatique et hydraulique des levées de soupapes. La maintenance en est simplifiée et peut être confiée à tout mécanicien Toyota.

La 4e génération de moteurs DOHC est arrivée avec les 4AG (4 cyl. 1600 cm3) et 1GG (6 cyl. 2000 cm3). Tout les deux munis de culasses à 4 soupapes par cylindres et avec la suralimentation en option. Rapidement suivirent les 3SG, 7MG (avec ou sans turbo) et le 2ZZGE qui lui a 5 soupapes par cylindre et peut être suralimenté ou équipé de un ou deux turbos.

La désignation F signifie un moteur DOHC d'usage courant, tournant à bas régime et ayant un bon couple, comme la plupart des V6 et V8 de la marque. La lettre G symbolise puisance à haut régime et se retrouve sur les 4 et 6 cyl. en ligne utilisés en compétition.

Il est à noter que Yamaha joue toujours un rôle important dans ce succès. En effet, depuis la 2000GT, Yamaha dessine et construit pratiquement tous les moteurs DOHC pour Toyota. Le V10 (1LR-GUE) de la Lexus LFA est fabriqué par Yamaha.

La production de moteurs Type "G" pour la compétition par Toyota n'est atteinte par aucun autre constructeur. Ils ont fait leurs preuves sur tous les circuits du monde, dans des catégories aussi diversifiées que le rallye, l'endurance ou la Formule 3. Ils ont tous gagnés des courses et sont tous dérivés de moteurs de série.

En 2007, Toysport continuait à vendre des moteurs complets et des pièces détachées pour tous les modèles de moteurs. Par exemple un ensemble moteur-boîte 3M neuf pour une 2000GT valait 25 500 $.

C'est une extraordinaire réussite qui laissera son empreinte dans l'histoire du sport automobile.

Ce texte est traduit et complèté d'un article en anglais sur www.toysport.com.

Plus de détails sur les désignations des moteurs Toyota sont disponibles ici.

 

DOHC est l'abréviation de
"Double Over Head Cam"
qui signifie en français
"double arbre à came en tête".

3M (2000GT) et 9R (Corona 1600GT)

Toyota 7 Turbo 1970

2TG et 18RG

Dans le codage Toyota, le G est utilisé pour désigner les moteur DOHC de type sport. Pour les dérivés des moteurs 2TG et 18RG, le R dénote un taux de compression standard et le U signifie une émission des gazs controllée.

Pour tous les autres DOHC les lettres ajoutées au Type de base désignent: E pour l'injection d'essence, T pour turbo et Z pour suralimenté.

3TGTEU et 4TGTE

152E et 503E (Eagle MkIII)

4AGE Turbo et 7MGTE

1LR-GUE (Lexus LFA)

 

Page d'accueil - Contact