NISSAN

Skyline

page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12

Histoire de l'automobile au Japon

Marques et modèles

 

1993-1998 (R33)

Le relooking est léger pour la Skyline de 9e génération. Elle est un peu plus grande et plus lourde que la précédente R32. Le système de direction des roues arrière est maintenant opéré par des moteurs électriques et plus hydrauliquement comme sur les versions précédentes (Super HICAS).

Côté mécanique, il n'y a plus de 4 cyl. mais uniquement les RB20E et RB25DE/RB25DET, 6 cylindres en ligne de respectivement 130, 190/250 ch [JIS].

La GT-R, quand à elle reste avec son RB26DETT de 280 ch dont le couple est passé à 375 Nm.

 

Nissan Skyline GTS (R33) 1993

Nissan Skyline GT-R (R33) 1995

 

24 Heures du Mans

En 1995, la nouvelle catégorie GT voit l’arrivée des trois grands fabricants japonais. Une Toyota Supra, trois Honda NSX et deux Nissan GT-R R33 déboulent sur la piste de la Sarthe. Les GT-R ont les spécifications des Nismo du JGTC sans le système 4WD. La #22 dispose d’une boîte de vitesse Nissan 6 vitesses et pèse 1370 kg.

La #23 est équipée d’une boîte séquentielle à 6 rapports développée par Nismo et X-trac et pèse 1285 kg. Elles sont engagées en GT1 où s’affrontent les Ferrari F40, Mc Laren F1, Porsche 993 et autres Jaguar XJ220. Toutes deux sont motorisées par le RB26DETT alimenté par deux turbos et développant 400 ch à 7200 t/min avec un couple de 441 Nm à 4800 t/min. Les freins sont en carbone. La #22 termine 5e de la classe GT1 derrière 4 Mc Laren F1 et 10e au général. La #23 abandonne sur problème de transmission.

De retour en 1996, les deux GT-R sont cette fois identiques avec des moteurs RB26DETT réalésés à 2795 cm3 toujours alimentés par deux turbos Garrett et produisant 600 ch à 7000 tr/min et 618 Nm à 5500 tr/min. Les boîtes de vitesses Nissan à 6 rapports sont utilisées. Les voitures pèsent autour 1280 kg chacune et seront chronométrées à près de 310 km/h sur les Hunaudières. Cette année Porsche introduit la nouvelle 911 GT1 à moteur central. Malheureusement la #22 est trahie par ses freins et abandonne.

La #23 doit s’arrêter au stand pour un changement de transmission et perd plus de 2 heures. Malgré tout elle termine la compétition en 10e place des GT1 et 15e au général. Mc Laren place 6 voitures dans les 10 premières, Porsche 2 et Chrysler une Viper en 8e place des GT1.

La Nissan GT-R a prouvé ses capacités d’endurance mais ne peux plus rivaliser avec les nouvelles autos engagées. Nissan reviendra au Mans avec une auto spécifiquement conçue, la R390 GT1.

 

Nissan GT-R LM 1995

Nissan GT-R LM 1996

 

JGTC / Super Taikyu

Continuant sa fulgurante carrière en endurance, la Skyline R33 domine le Championnat JGTC de 1995 en remportant les deux catégories GT1 et GT2. Une GT-R R33 hautement modifiée remporte encore le Championnat JGTC en 1998. 2708 cm3, 494 ch, 706 Nm, boîte séquentielle 6 vitesses X-TRAC, 1200 kg.

Entre 1991 et 1997 les GT-R remportent les 50 courses du Super Taikyu auxquelles elles participent. Elle est tellement supérieure aux autres voitures que les règlements sont modifiés pour l'en écarter.

 

Nissan Skyline GT-R JGTC (R33) 1998

 

24H du Nürburgring

Une R33 est engagée aux 24H du Nürburgring en 1999. C'est l'écurie japonaise Falken, championne de Super Taikyu, qui vient se mesurer en Allemagne.

La 6e place obtenue est remarquable, ça convainc Falken de revenir.

 

Nissan Skyline GT-R Nür (R33) 1999 - 2001

 

Pikes Peak

Après sa victoire en 1993 sur une GT-R R32, Akira Kameyama remporte encore la course en 1996 et 1998 sur une Nismo 400R "Open Class".

Rhys Millen, l'infatiguable pilote a tout essayer pour gravir le Pikes Peak le plus vite possible.

En 1999 il effectue la course de côte avec une Skyline GT-R R33 et bat le record "showroom stock", soit la voiture trictement de série la plus rapide de tous les temps.

 

Nissan Skyline GT-R (R33) Akira Kameyama,
Pikes Peak 1996

Nissan Skyline GT-R (R33) Rhys Millen,
Pikes Peak 1999

 

Séries spéciales

La réglementation des GT du Mans impose que les autos en compétition dérivent d'une voiture de série, même si la série ne se compose que d'un exemplaire. Nissan/Nismo a donc produit une GT-R LM de route, une seule, qui repose aujourd'hui dans un musée au Japon. Sa carrosserie est généreusement élargie et le moteur est poussé à 300 ch à 6500 t/min pour un couple de 373 Nm à 4500 t/min.

Afin de célébrer cette participation aux 24H du Mans, Nissan commercialise cette fois une édition limitée de la Skyline GT-R. C'est la Nismo 400R, pour 400 ch.

Comme avec la génération précédente, les versions musclées N1 et V-Spec sont disponibles. La N1 subit la même métamorphose que la R32, avec des turbos améliorés.

La V-Spec idem mais elle reçoit en plus une mise à jour du système de transmission ATTESA E-TS Pro.

Ce dernier inclu un différentiel arrière à glissement limité contrôlé par l'ordinateur de bord (Active LSD). Le système ATTESA E-TS Pro est en option sur la GT-R standard.

Et Nissan fait encore référence à sa participation aux 24H du Mans avec des LM Limited éditions de la GT-R et de la GT-R V-Spec.

Une autre série limitée voit encore le jour, la R33 GT25T appelée 280 Type-MR. C'est une GTS-4 2.8 litres qui n'est construite qu'à 7 exemplaires entre 1998 et 1999. Le moteur RB28DET est basé sur le RB25DET. Il est fabriqué par REINIK et produit 300 ch et 400 Nm.

 

Nismo GT-R LM 1995

Nismo 400R (R33) 1996

Nissan Skyline GT-R V-Spec (R33) 1995

Nissan Skyline GT-R LM Limited Edition (R33) 1996

Nissan Skyline 280 Type-MR (R33) 1998

 

Nissan Skyline (R33)

Nissan Skyline GT-R (R33)

Nismo GT-R V-Spec / N1 / V-Spec II (R33)

Nismo GT-R LM (R33)

Nissan Skyline 280 Type-MR (R33) 1998

Nismo GT-R LM 1995-1996

Nissan Skyline JGTC / Super Taikyu (R33)

page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12

Page d'accueil - Contact