Le grand tremblement de terre de Tohoku, 2011

 

 

Histoire de l'automobile au Japon

Préhistoire
  1603-1868 A l'ère Edo
  1868-1897 Restauration Meji
  1898-1909 A l'aube du XXe siècle

Premières automobiles
  1902-1922 Les débuts, avant 1923
  1923-1929 Années 20
  1930-1939 Années 30
  1930-1939 Protectionnisme

La Guerre
  1937-1945 8 ans de guerre
  1945-1949 L'après-guerre
  1945-1949 Redémarrage
  1949 M.I.T.I.

Croissance
  1950-1959 Années 50
  1960-1969 Années 60
  1970-1979 Années 70
  1980-1989 Années 80
  1990-1999 Années 90

Le miracle économique japonais
  Le boom Izanagi
  Chocs pétroliers / Accords Plaza
  Eclatement de la bulle

Keiretsu
  Structure pyramidale
  Cas de l'industrie auto
  Déléguer pour se protéger
  Changement de paradigme

Implantation à l'étranger
  La conquête de l'Amérique 1
  La conquête de l'Amérique 2
  Le vieux continent / l'Asie

Années 2000
  Contexte économique
  Contexte social
  Production

Années 2010
  Catastrophes en série
  Dette et démographie
  Production

Annexes
  Palanquin
  Pousse-pousse
  Voitures à chevaux
  Lignes ferroviaires
  Tramways
  Panhard & Levassor
  Locomobile
  General Motors
  Ford
  Salon de Tokyo 1954
  Tremblement de terre de 1891
  Tremblement de terre de 1923
  Tremblement de terre de 1995
  Tremblement de terre de 2011

Références

 

Cette fois, c'est le nord est du Japon qui est victime d'un grand tremblement de terre. Le 11 mars 2011, une secousse de magnitude 11 ébranle la péninsule de Tohoku. L'épicentre se trouvant à 70 km de la péninsule, dans le Pacifique, un gigantesque tsunami déferle sur la côte nippone avec des vagues de 40 mètre de haut qui dévastent tout sur leur passage jusqu'à 10 km à l'intérieur du pays.

C'est le tremblement de terre le plus puissant qu'ait connu le Japon et l'un des cinq plus puissant connu sur terre, depuis que les moyens de mesure modernes existent.

Des centaines de répliques se font sentir durant plusieurs mois avec une cinquantaine de secousses de magnitude 6 ou plus élevé. Le tremblement de terre de Miyagi, le 7 avril 2011, d'une magnitude de 7.1 est encore une conséquence du séisme de Tohoku.

L'énergie dégagée par le mouvement des plaques tectoniques est telle que l'île principale du Japon, Honshu, se déplace de 1.5 mètre vers l'est. Les dégâts sont gigantesques. On dénombre 15'700 morts et plus de 4'600 disparus. Les immeubles tout d'abord ébranlés par le tremblement de terre sont emportés par le raz-de-marée. Les murs de protection sont submergés ou détruits par les vagues. Des villes côtières sont rayées de la carte. Les accès sont impraticables. 4.4 millions de foyers sont privés d'électricité. Environ 230'000 véhicules sont mis hors d'usage. L'aéroport de Sendai est touché par le tsunami et doit être fermé au trafic. Une estimation donne 25 millions de tonnes de débris à déblayer !

Plusieurs centrales nucléaires sont affectées par le séisme. Celle de Fukujima subit d'importants dégâts, trois réacteurs fondent, suite à la destruction des moteurs de refroidissement par le tsunami. Des explosions libèrent des fuites radioactives dans l'atmosphère alors que l'eau de refroidissement contaminée est déversée dans la mer. Des centaines de milliers de personnes vivant dans la région sont évacués. L'arrêt des centrales atomiques dans la région provoque une pénurie d'électricité dans le pays.

Tokyo prend des mesures pour réduire la consommation et des périodes de blackout sont instaurées dans la métropole. Le service de train est réduit, laissant 20'000 passagers sur les quais de la capitale. 20'000 autres sont forcés de passer la nuit à Disneyland Tokyo. Afin de minimiser la pénurie, des générateurs sont réquisitionnés dans les grandes entreprises d'acier.

Toute l'industrie nationale est touchée par l'événement. Par défaut d'approvisionnement les constructeurs automobiles comme Toyota, Honda et Nissan doivent stopper la production dans la plupart de leurs usines dans tout le pays, et ceci parfois jusqu'à deux semaines. Des chaînes de montage sont déplacées dans d'autres usines moins affectées par le tremblement de terre et d'autres fournisseurs sont sollicités pour les pièces détachées. La production tourne au ralenti pendant plusieurs mois.

 

Le raz-de-marée touche la côte japonaise

La préfecture d'Iwate est durement touchée

Ce qui reste de la centrale atomique de Fukujima

Il faudra des années pour que la situation
revienne à la normale

L'eau puis le feu ont détruits des milliers de maisons

Des centaines de milliers de sans-abris sont coupés du monde

Il est difficile de se rendre compte de la puissance d'un tsunami

 

Page d'accueil - Contact