Histoire de l'automobile au Japon

Le pousse-pousse

 

Histoire de l'automobile au Japon

Préhistoire
  1603-1868 A l'ère Edo
  1868-1897 Restauration Meji
  1898-1909 A l'aube du XXe siècle

Premières automobiles
  1902-1922 Les débuts, avant 1923
  1923-1929 Années 20
  1930-1939 Années 30
  1930-1939 Protectionnisme

La Guerre
  1937-1945 8 ans de guerre
  1945-1949 L'après-guerre
  1945-1949 Redémarrage
  1949 M.I.T.I.

Croissance
  1950-1959 Années 50
  1960-1969 Années 60
  1970-1979 Années 70
  1980-1989 Années 80
  1990-1999 Années 90

Le miracle économique japonais
  Le boom Izanagi
  Chocs pétroliers / Accords Plaza
  Eclatement de la bulle

Keiretsu
  Structure pyramidale
  Cas de l'industrie auto
  Déléguer pour se protéger
  Changement de paradigme

Implantation à l'étranger
  La conquête de l'Amérique 1
  La conquête de l'Amérique 2
  Le vieux continent / l'Asie

Années 2000
  Contexte économique
  Contexte social
  Production

Années 2010
  Catastrophes en série
  Dette et démographie
  Production

Annexes
  Palanquin
  Pousse-pousse
  Voitures à chevaux
  Lignes ferroviaires
  Tramways
  Panhard & Levassor
  Locomobile
  General Motors
  Ford
  Salon de Tokyo 1954
  Tremblement de terre de 1891
  Tremblement de terre de 1923
  Tremblement de terre de 1995
  Tremblement de terre de 2011

Références

 

Vers 1868, le pousse-pousse (jinrikisha) est inventé au Japon. Un siège est posé sur une paire de roues et il est actionné par un seul homme. Plus mobile et plus rapide, il supplante les palanquins dans les villes. Le gouvernement en autorise la construction en 1870.

La vélocité atteint en moyenne 8 km/h mais s’il est actionné par deux ou trois hommes, cette performance peut être aisément doublée. Tout d’abord une alternative au palanquin, il devient un moyen de transport répandu. En 1901, ce sont plus de 250'000 pousse-pousses qui courent le Japon, dont 5000 rien qu’à Yokohama. Le jinrikisha est considéré comme l’innovation la plus importante dans l’histoire des transports durant la période Meiji.

Le rickshaw est si populaire que tout le monde se fait photographier avec, les studios des photographes reproduisent ce genre de scène avec une geisha bien maquillée ou un touriste fraichement débarqué.

Le kago reste encore d’usage quelques temps dans les campagnes, où les chemins ne permettent pas le passage des jinrikishas, mais il disparaît du pays durant le 20e siècle. Le pousse-pousse s’exporte dans toute l’Asie et même plus loin, on le trouve encore aujourd’hui au Vietnam, en Inde ou à Madagascar.

Le pousse-pousse rend bien entendu service aux commerçants qui y voient un moyen de devenir marchand ambulant.

Pour la famille impériale, le véhicule roulant est le gissah, véritable appartement mobile, tracté par des hommes ou des bestiaux.

Si le pousse-pousse existe encore aujourd'hui au Japon, il est plus une attraction touristique qu'un véritable moyen de transport.

 

Jinrikisha

Marchand ambulant

Gissha

Jinrikisha dans le quartier de Asakusa, 2006

 

Page d'accueil - Contact